Travailler dans les services à la personne

À l’heure où le vieillissement de la population, la précarité et la pénurie de garde d’enfants touche une grande partie de la population en France, il est important de promouvoir et soutenir davantage les métiers de services à la personne. Focus sur ce secteur dont le choix de métiers est relativement important.

Les métiers des services à la personne sont plus que jamais sollicités de nos jours. Avec l’allongement de la durée de vie, le vieillissement de la population et le taux de fécondité élevé en France, les besoins en assistance à domicile vont continuer à augmenter dans les années à venir. Ainsi, le marché du travail est particulièrement favorable aux assistants et aux prestataires de services à la personne.

En somme, le secteur ne connaît pas le chômage d'autant plus que les possibilités d'emploi sont nombreuses soient autant d'opportunités pour les jeunes. De plus, un grand nombre de travailleurs sociaux vont arriver à l'âge de la retraite dans un futur proche. Ainsi, le Centre d'analyse stratégique estime que le domaine de l'action social va voir la création de 300 000 à 350 000 emplois d'ici 2030.

Les services à la personne présentent par ailleurs plusieurs spécialités qui requièrent ou non un diplôme spécifique. Ces services connaissent un important essor, notamment grâce à l’expansion des Chèques de Services qui peuvent servir de chèques alimentaires pour les plus démunis, et constituent des chèques de solidarité pour la lutte contre la précarité et la lutte contre l’exclusion. De nos jours, ils sont des centaines de milliers à intervenir chez les particuliers pour assurer des travaux ménagers ou encore la garde d'enfant. . Un récent sondage a fait savoir que plus de 9 Français sur 10 affirment avoir besoin des services à la personne dans leur quotidien. Il existe donc une forte demande sur ce secteur.

Le marché pèse actuellement 23 milliards d'euros. Il compte 1 200 000 employés et 5 000 structures dont 8 % sont des entreprises comme Acadomia, O2 ou Viadom, le reste étant des associations regroupées dans des réseaux comme ADMR ou ASSAD. Si ces dernières se concentrent surtout sur les personnes âgées et les familles, les entreprises se tournent vers les nouveaux marchés que représentent les ménages dont les revenus sont plus élevés et qui recherchent plus de qualité. L'institut français de DEMOSCOPIE a affirmé que ces nouveaux marchés constituent un potentiel de près de 5.5 milliards d'euros avec un gisement de 300 000 emplois supplémentaires.


Si dans le passé ces métiers ne nécessitaient pratiquement aucune qualification particulière, la tendance est aujourd'hui à la professionnalisation surtout pour l'accompagnement d'enfants en bas âge, de personnes âgées, handicapées ou dépendantes. Ainsi, des profils spécifiques sont maintenant recherchés et même si ce n'est pas obligatoire, un diplôme ou une certification peut favoriser l’accès à ces métiers. Le marché voit même émerger des sociétés très spécialisé comme Apologic, qui répond aux besoins d'informatisation du secteur en proposant un logiciel SSIAD.